Lettre d'information

Pour vous inscrire à la lettre d'information

Saisissez votre adresse email :

Recopier le code de sécurité (ci-dessus) :

OK
Adhérez et soutenez la Maison de l'Europe Votre avis nous intéresse
Accueil > Europe Direct > Actualités Européennes > Présidence finlandaise du Conseil de l'UE : une brise nordique souffle sur les institutions européennes.< Page Précédente

Présidence finlandaise du Conseil de l'UE : une brise nordique souffle sur les institutions européennes.

La Maison de l'Europe | Présidence finlandaise du Conseil de l'UE : une brise nordique souffle sur les institutions européennes.

Depuis le premier juillet 2019, la Finlande occupe la présidence du Conseil de l'Union européenne. Malgré un contexte européen marqué par de nombreuses incertitudes, sérénité et pondération semblent bien se maintenir au programme du pays scandinave.

 

Favoriser l'implication des dirigeants et de l'opinion publique dans les affaires européennes, tel est le but des présidences tournantes du Conseil de l’Union européenne (ou Conseil des ministres). Cette institution est ainsi dirigée par un Etat membre différent tous les 6 mois, suivant un roulement prédéfini. Alors que la Roumanie avait pris sa tête en début 2019, elle a laissé la place à la Finlande le premier juillet dernier.

 

Or, tenir la présidence d'une telle institution n'est pas anodin, puisque le Conseil des ministres joue un rôle clé au sein du triangle institutionnel de l'Union européenne (UE), représentant l’intérêt des Etats membres dans la procédure législative, en codécision avec le Parlement européen.

 

"Une Présidence du Conseil de l'UE ne se prépare pas quelques mois avant la prise de poste, elle nécessite une implication continue du pays dans les affaires européennes", expliquait Son Excellence, Monsieur Teemu Tanner, ambassadeur de Finlande en France.

 

Cela est d'autant plus vrai que la présidence finlandaise se déroule alors que l'Union se trouve en plein renouvellement institutionnel, marqué notamment par des équilibres nouveaux entre les groupes politiques composant les institutions : le nouveau Parlement européen a pris ses fonctions en septembre et la nouvelle Commission européenne devrait entrer en poste le premier novembre.

 

"Notre but est, autant que possible, de permettre une phase de transition fluide", rassurait l'Ambassadeur de Finlande en France.

 

En plus de ce renouvellement institutionnel, la Présidence finlandaise se tient dans un contexte de vie interne de l’Union plein d'incertitudes : la remise en question des valeurs communes se fait de plus en plus palpable, la question des migrations extra-européennes reste un sujet explosif, et surtout, le risque d'un départ sans accord du Royaume-Uni se fait chaque jour un peu plus menaçant...

 

Pourtant, c'est une brise nordique qui souffle sur les institutions européennes, ou du moins, sur le Conseil de l'UE. Entre calme et sérénité, pondération et contrôle, la Finlande se voit charger d'organiser et de diriger les réunions des différentes formations de l'institution, mais aussi, si nécessaire, de permettre la mise en œuvre de compromis... Tout cela en tentant d'insuffler ses priorités au programme des débats et négociations

 

> "Europe durable, avenir durable" : un slogan à l'image des grands enjeux européens.

 

"L’UE doit être leader des négociations sur le climat" énonçait Son Excellence, Monsieur Teemu Tanner, en évoquant les priorités de la présidence finlandaise. Le pays scandinave considère en effet la lutte contre le réchauffement climatique comme devant être au cœur des politiques européennes, soulignant notamment le caractère essentiel de la présence d'objectifs de développement durable contraignants dans les accords commerciaux extérieurs de l'UE.

 

Et si la protection de l'environnement est l'une des grandes priorités de la Finlande, son slogan "Europe durable, avenir durable" ne fait pas uniquement allusion à la protection de notre planète. La Finlande souhaite également rendre l'Union "plus compétitive et socialement plus inclusive", en présentant des concepts que certains diront imprégnés de la culture scandinave. Sous la Présidence finlandaise, c'est "l'économie du bien-être" qui tentera de se faire une place sur la table des discussions afin de stimuler une croissance plus inclusive.

 

> Prévenir plutôt que guérir : la clé vers la sérénité finlandaise ?

 

Le renforcement de l’Etat de droit fait également partie des priorités de la présidence finlandaise. En la matière, "La Finlande plaide pour la prévention plutôt que la répression, avec une utilisation de l’article 7 dans un cadre précoce" expliquait Son Excellence, Monsieur Teemu Tanner. Celui-ci demandait également davantage de coopération avec des institutions spécialisées, telle que le Conseil de l’Europe et sa Commission pour la démocratie par le droit, plus connue sous le nom de "Commission de Venise". De la sorte, l'UE serait capable de détecter et d'agir de façon préventive, beaucoup plus en amont, dès lors des premiers signes précurseurs de dérives.


 

Parmi les quatre priorités finlandaises, on retrouve enfin "la garantie de la sécurité globale pour tous". Une fois encore, la Finlande souhaite que l'UE joue la carte de la prévention, notamment en matière de lutte contre les menaces hybrides. Qu’il s’agisse de cyberattaques, de campagnes de désinformation sur les réseaux sociaux, ou encore de frappes sur les faiblesses des infrastructures énergétiques, ce qui rend ces menaces "hybrides", c'est justement qu’elles utilisent des outils nouveaux, en constante évolution. Pour s'en protéger, l’échange d’informations et de connaissances entre pays est plus que capitale. "Le centre européen de lutte contre les menaces hybrides se trouvent dans la capitale finlandaise, à Helsinki" rappelait ainsi Son Excellence, Monsieur Teemu Tanner, comme une preuve de l'implication finlandaise en la matière. Alors que le pays partage une frontière de 1300 kilomètres avec la Russie, Etat connu pour des attaques hybrides présumées et prouvées, c'est inévitablement que Son Excellence, Monsieur Teemu Tanner, a été amené à dire quelques mots sur son voisin russe.

 

Interrogé sur les relations Finlande-Russie et UE-Russie, l'Ambassadeur a souhaité saluer l’initiative du président français de renouer le dialogue avec la Russie, quelques jours avant le G7. Pour la Finlande, si l’invasion de la Crimée a inévitablement et indéniablement changé les relations de l'UE avec la Russie, un dialogue, même si franc et exigeant, est essentiel avec le géant

 

Article rédigé par le Centre d'Information Europe Direct de la Maison de l'Europe de Paris en partenariat avec France Soir le 7/10/2019.

 

Les citations de cet article ont été recueillies lors de la conférence de la Maison de l'Europe de Paris "Présidence du Conseil de l'Union européenne : quelles priorités pour la Finlande ?" le 19 octobre 2019 en présence de l'Ambassadeur de Finlande en France.

La Maison de l'Europe - 29 avenue de villiers, 75017 Paris
Tél. : 33(0)1 44 61 85 85 - Fax : 33(0)1 44 61 85 95
Powered by Walabiz