Lettre d'information

Pour vous inscrire à la lettre d'information

Saisissez votre adresse email :

Recopier le code de sécurité (ci-dessus) :

OK
Adhérez et soutenez la Maison de l'Europe Votre avis nous intéresse
Accueil > Europe Direct > Actualités Européennes > Le Royaume-Uni et l'Union européenne trouvent un compromis sur le Brexit< Page Précédente

Le Royaume-Uni et l'Union européenne trouvent un compromis sur le Brexit

La Maison de l'Europe | Le Royaume-Uni et l'Union européenne trouvent un compromis sur le Brexit

Après de longues négociations dans la nuit de jeudi à vendredi 8 décembre, la Commission européenne et le Royaume-Uni ont finalement trouvé un premier accord sur les modalités du Brexit. 

 

"Un an de négociations difficiles pour parvenir à un document de 15 pages, le "join report" qui fixe les conditions du divoire entre le Royaume-Uni et l'Union européenne" rapporte ce matin Le Point qui revient sur les termes de ce premier accord trouvé entre Theresa May et Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne. 

 

Ce premier compromis, qui porte, d'après Le Monde, sur les grandes lignes du divorce entre Londres et Bruxelles, les expatriés, le chèque de départ, et surtout le sort de la frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord, va surtout permettre d'entamer la deuxième phase du processus et les négociations qui porteront sur la relation future entre le Royaume-Uni et les Vingt-Sept. 

 

C'est désormais au Conseil européen, qui regroupe l'ensemble des chefs d'Etats et de gouvernements des Etats membres, de se prononcer sur ce premier accord et de valider les propositions de la Commission. Une décision qui, selon Jean-Claude Juncker repris dans 20 minutes, permettra à l'ensemble de la Commission et à Michel Barnier, négociateur sur le Brexit pour l'UE, de mettre en place les travaux nécessaires pour débuter ces nouvelles discussions. 

 

 Selon RFI,les deux sujets sensibles de la première phase, la question de l'Irlande et celle des expatriés, ont finalement fait l'objet d'un accord : « En Irlande du Nord, nous garantirons qu'il n'y aura pas de frontière dure » a affirmé haut et fort Mme May lors de la conférence de presse qui a suivi la rencontre de ce vendredi matin. De son côté la Commission assure que « les citoyens de l'Union vivant au Royaume-Uni et les citoyens britanniques installés dans l'UE à 27 conserveront les mêmes droits une fois que le Royaume-Uni aura quitté l'UE », une garantie attendue par les quelque trois millions de personnes concernées. 

 

Mais pour beaucoup le plus dur reste à venir. Le Parisien a repris les mots de Donald Tusk, le président du Conseil de l’UE, qui a estimé que «le défi le plus difficile est à venir » ajoutant : « Nous savons tous que se séparer est dur mais se séparer et construire une nouvelle relation est encore plus dur.» 

 

Pour Le Monde la question de l'Irlande, bien que partiellement réglée, devrait rapidement revenir sur le devant des discussions, "Soit le Royaume-Uni maintient sa volonté de sortir de l’Union douanière et du marché intérieur, et le retour d’une frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande paraît inévitable. A moins que la frontière soit tracée virtuellement en mer d’Irlande, entre les deux Irlande et le reste du Royaume-Uni, mais ce serait inacceptable pour les unionistes irlandais. Soit le Royaume-Uni reste dans le marché intérieur, et alors, la pertinence même d’un brexit se pose… " En attendant, les discussions sur la relation future entre Londres et Bruxelles devraient débuter peu de temps après le 15 décembre date du prochain Conseil européen à Bruxelles. 

 

 

 


 

 

 

 

La Maison de l'Europe - 29 avenue de villiers, 75017 Paris
Tél. : 33(0)1 44 61 85 85 - Fax : 33(0)1 44 61 85 95
Powered by Walabiz