Lettre d'information

Pour vous inscrire à la lettre d'information

Saisissez votre adresse email :

Recopier le code de sécurité (ci-dessus) :

OK
Adhérez et soutenez la Maison de l'Europe Votre avis nous intéresse
Accueil > Europe Direct > Actualités Européennes > Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues : Focus sur la consommation européenne< Page Précédente

Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues : Focus sur la consommation européenne

Publié le 26/06/2015

La Maison de l'Europe | CC atelierserpentrouge.blogspot.com


Depuis 1987, les Nations Unies ont décidé de faire du 26 juin une journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues. Plus précisément, il s’agit de faire de cette date un moment de sensibilisation sur les risques encourus lorsque l’on consomme ces diverses substances illicites. Alors qu’en France une première salle de shoot va être installée à Paris dans l’hôpital Lariboisière et qu’il existe près de 80 salles réservées à ces pratiques en Europe (Espagne, Portugal, Pays-Bas, Allemagne, Luxembourg, Danemark, Norvège et Suisse), il semble utile de s’interroger sur la façon dont l’Union européenne appréhende ce phénomène.

En Europe, l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA pour European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction), situé à Lisbonne, se charge depuis 1995 de fournir à l’Union européenne et aux Etats-membres un état des lieux de la drogue en Europe et ceci pour alimenter le débat sur ce vaste sujet, cibler les meilleurs pratiques et aider les décideurs politiques. Afin de mettre en place ses analyses, l’Observatoire se base sur le réseau REITOX (réseau européen d’information sur les drogues et les toxicomanies) constitué d’une trentaine d’institutions ou d’agences nationales responsables de la collecte de données sur l’usage de la drogue dans leurs pays respectifs. Outre les Etats-membres, le réseau REITOX inclut aussi la Norvège, la Commission européenne et les Etats candidats à l’adhésion au sein de l’Union européenne. 

C’est ainsi qu’à travers ces différents échanges l’Observatoire européen a pu dresser un panorama fidèle des usages de la drogues en Europe ces dernières années. Dans ce rapport, on apprend notamment que le nombre de drogues de synthèse ont augmenté ces dernières années. Rien qu’en 2014, 101 nouvelles substances psychoactives ont été recensées par l’Observatoire pour la première fois. Toutefois, ce sont les substances plus « classiques » qui restent les plus consommées.

Sur les 80 millions d’Européens ayant affirmé avoir pris des substances illicites, 75 millions ont consommé du cannabis une fois dans leur vie (soit 23,3% des Européens âgées entre 15 et 64 ans). C’est en France que la consommation semble la plus forte avec 40,3% de Français. Le cannabis représente d’ailleurs 80% des saisies de drogues au total et possède de plus en plus de THC, c'est-à-dire de molécules psychoactives rendant les effets plus puissants. Derrière, la cocaïne n’a été consommé que par 4,6% des Européens (surtout en Espagne et au Royaume-Uni), l’ecstasy par 3,6% et les amphétamines par 3,5%. Or bien que ces chiffres soient plus faibles, ce sont ces drogues, dites dures, qui engendrent le plus de morts (overdose tout particulièrement en Estonie, en Suède et en Norvège), à l’inverse du cannabis. Outre ces statistiques, le rapport souligne aussi que le nombre d’usagers problématiques en Europe avoisine les 1,3 millions. Il semble ainsi important de sensibiliser l’opinion publique sur les risques que peuvent représenter la consommation de ces substances et l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies couplé au réseau REITOX en constitue un bon relais.
La Maison de l'Europe - 29 avenue de villiers, 75017 Paris
Tél. : 33(0)1 44 61 85 85 - Fax : 33(0)1 44 61 85 95
Powered by Walabiz