Lettre d'information

Pour vous inscrire à la lettre d'information

Saisissez votre adresse email :

Recopier le code de sécurité (ci-dessus) :

OK
Adhérez et soutenez la Maison de l'Europe Votre avis nous intéresse
Accueil > Europe Direct > Actualités Européennes > Elections britanniques : le risque d’une sortie de la Grande-Bretagne ?< Page Précédente

Elections britanniques : le risque d’une sortie de la Grande-Bretagne ?

Publié le 7/05/2015

La Maison de l'Europe | CC IeaTV.UK

Au moment où la Grande-Bretagne s’apprête à faire un choix décisif pour savoir si le conservateur David Cameron sera de nouveau au pouvoir ou si le travailliste Ed Milliband le remplacera au 10, Downing Street, l’Europe se focalise sur une question cruciale : le Brexit. Devant un terme aussi barbare, il s’agit simplement d’une possibilité pour la Grande-Bretagne de quitter l’Union Européenne (« British Exit »). Cette éventualité vient d’une promesse de David Cameron : s’il est réélu, il proposera un référendum aux britanniques en 2017 pour savoir si les citoyens veulent rester dans l’Union européenne.


Toutefois, rien ne semble jouer. A l’heure actuelle, conservateurs et travaillistes sont au coude à coude et devront faire alliances et compromis avec de plus petits partis dont l’attachement à l’Union européenne est très variable (l’UKIP de Nigel Farage est profondément anti-européen, tandis que le Scottish National Party demeure pro-européen) pour pouvoir constituer un gouvernement. L’éventualité d’une sortie de la Grande-Bretagne s’éloigne donc quelque peu. C’est ce que montrent les études d’Open Europe qui n’estiment qu’à 17% la possibilité pour le pays de sortir de l’Union européenne. Au niveau de la population la situation semble plus ambigüe avec 40% des anglais qui souhaitent rester tandis que 39% veulent partir. La question reste des plus tendues et c’est assez paradoxal, car la campagne n’a presque pas évoqué ces questions (elle ne constitue que la 7ème préoccupation des britanniques).


Si le sujet n’est traité que de façon secondaire dans la campagne, il montre bien un certain malaise des anglais vis-à-vis de l’Union européenne. Car, même si les travaillistes arrivent en tête, la question de l’appartenance ou non de la Grande-Bretagne à l’Europe se posera dans les années à venir : les entreprises considèrent qu’il existe trop de règlementations imposées par Bruxelles et l’Europe n’a pas toujours bonne presse au sein de la population.

La Maison de l'Europe - 29 avenue de villiers, 75017 Paris
Tél. : 33(0)1 44 61 85 85 - Fax : 33(0)1 44 61 85 95
Powered by Walabiz