Lettre d'information

Pour vous inscrire à la lettre d'information

Saisissez votre adresse email :

Recopier le code de sécurité (ci-dessus) :

OK
Adhérez et soutenez la Maison de l'Europe Votre avis nous intéresse
Accueil > Europe Direct > Actualités Européennes > Ampoules et écoconception: l’UE éclaire au quotidien.< Page Précédente

Ampoules et écoconception: l’UE éclaire au quotidien.

Publié le 11/02/2015

La Maison de l'Europe | Les vieilles ampoules à incandescence sont interdites en Europe depuis 2012 ©Phot-OG-raphies_78:Flickr
Pour dépenser moins d'énergie, l'Union européenne a édicté des règles concernant les ampoules. Depuis 2012 les ampoules à incandescence sont interdites, et les éco-halogènes sont également vouées à disparaître dans quelques années.

Difficile de s’y retrouver parfois quand il s’agit d’acheter une ampoule. LED, fluo-compact, éco-halogène? Laquelle est la plus écologique, la plus facile à recycler, la moins onéreuse?


Dans ce domaine, l’Union européenne joue un rôle prépondérant dans notre manière de consommer et, en l’espèce, de nous éclairer. A travers des directives et des règlements, les consommateurs européens sont ainsi incités à acheter des produits plus économiques et à limiter leur empreinte écologique.


On recense différents types d’ampoules que l’on peut trouver sur le marché européen.


> D’abord, les éco-halogènes : ce sont des halogènes de haute efficacité, proches en apparence des ampoules à filament. Elles offrent une économie d’énergie d’environ 30% par rapport à l’incandescence.


> Puis, les CFL, lampes fluo-compactes, permettent d’économiser 80% d’énergie et sont censées éclairer pendant une période de cinq ans. Ces dernières, très économiques, sont cependant peu appréciées auprès du grand public, à cause de la lenteur à l’allumage, surtout pour les premières générations.


> Enfin, les LED, ampoules équipées de semi-conducteurs, consomment 90% de moins que les ampoules à filament pour une durée de vie moyenne estimée à 15 ans. Cependant elles sont bien plus chères à l’achat que les deux premières, même si leur prix a baissé de 50% en deux ans.


Mais alors, qu’en est-il des ampoules à incandescence ? C’est en 2009 que l’Union européenne a décidé de légiférer sur la commercialisation de ces ampoules sur l’ensemble du territoire européen. Un règlement du 18 mars 2009 relatif à l’écoconception des lampes à usage domestique non dirigées prévoyait la disparition des ampoules dites "incandescentes" (à filament) telles qu’inventées par Thomas Edison, car trop énergivores.


En conséquence, depuis 2012, les consommateurs européens n’ont plus accès à ces ampoules, retirées alors des rayons et mêmes devenues interdite à la vente.


Mais cette législation européenne va beaucoup plus loin. En effet, les lampes éco-halogènes sont également vouées à disparaître, car également très énergivores, même si leur consommation est moindre que les incandescentes.


Au regard du même règlement introduit en 2009, celui-ci prévoyait leur suppression à terme en 2016. Néanmoins, la Commission, remarquant que la technologie LED n’était pas suffisamment avancée pour remplacer aussi rapidement les lampes halogènes, a différé de deux ans la suppression progressive des lampes énergivores. Une solution fortement critiquée par certains États et notamment le Danemark.


En France, le Syndicat de l’éclairage, qui regroupe 53 fabricants de matériels d’éclairage et 51 unités de production en France, réclamait à l’origine un report jusqu’à 2020. Les exigences relatives à l’écoconception des lampes non dirigées seront dès lors en application en 2018. Pour appartenir à cette catégorie, ces lampes doivent émettre au moins 80% du flux lumineux dans un angle de 120° comme les chandeliers et les lampadaires par exemple.


Cette politique européenne s’inscrit dans une démarche écologique et protectrice de l’environnement. En effet, depuis la première législation en 2009 et d’ici 2020, les mesures mises en œuvre permettront d’économiser chaque année approximativement la consommation en électricité de la Belgique ou celle de 23 millions de ménages européens chaque année. Les émissions de CO2 seront ainsi réduites de quelque 32 millions de tonnes par an, soit environ un dixième des émissions mondiales de gaz à effet de serre.


Cependant, même si cette législation poursuit des objectifs louables et bénéfiques, selon un rapport de l’institut VITO (Flemish Institute for Technological Research) remis fin 2013, la fin de l’éco-halogène menacerait entre 4.165 et 4.350 emplois directs en Europe.


Acheter une ampoule et s’éclairer, des gestes quotidiens, anodins mais qui relèvent pourtant de décisions prises à l’échelle européenne et qui s’appliquent à tous les États membres de l’Union.



Article rédigé par la Maison de l'Europe de Paris et publié par France Soir le mercredi 11 février 2015


Cliquer ici pour télécharger la version pdf.


La Maison de l'Europe - 29 avenue de villiers, 75017 Paris
Tél. : 33(0)1 44 61 85 85 - Fax : 33(0)1 44 61 85 95
Powered by Walabiz