Lettre d'information

Pour vous inscrire à la lettre d'information

Saisissez votre adresse email :

Recopier le code de sécurité (ci-dessus) :

OK
Adhérer à la Maison de l'Europe de Paris Votre avis nous intéresse
La Maison de l’Europe | WikiStage - Le best of

WikiStage - Le best of

Pourquoi comprend-on l’Europe en Inde ?

L’Europe s’engage en France ! Jouez et gagnez ...

Quel est l’impact de l’Europe sur ma commune ?

EVS film festival : 2ème édition !

Edito - 28-05-2014


La « gueule de bois »…


On l’avait vu venir depuis des mois, les sondages l’annonçait ; malgré tout le résultat des élections européennes a été un choc très douloureux, pour tous ceux qui espéraient encore. Le nombre des abstentions, le nombre des votes anti-européens au Royaume-Uni, en Hongrie, au Danemark, en Grèce, en France, tout cela est vécu comme un mauvais coup infligé à l’Europe.


C’est aussi un mauvais coup infligé à la France qui ne peut qu’être affaiblie dans le concert des nations. Pour autant, nous ne devons pas nous tromper d’analyse. Certes, en France, l’Europe n’a pas soulevé d’enthousiasme mais les votes anti-européens ont aussi été des votes anti classe politique. Notre classe politique française n’a malheureusement pas une bonne image dans l’opinion. Est-ce mérité ou immérité ? Ce n’est pas à nous de donner ici la réponse. Mais il est de fait que le mécontentement ne vise pas seulement l’Europe et ce qu’elle fait ou ne fait pas. Il vise aussi d’autres responsables.


Aujourd’hui, que faire ? Il ne suffit pas de se lamenter. Plus que jamais nous devons nous mobiliser car le chantier est immense.


Certes, il ne s’agit pas de convaincre ceux qui sont viscéralement anti-européens. Il s’agit de tenir compte de ceux - nombreux - qui souhaitent « réorienter » l’Europe. C’est difficile car tout le monde n’a pas le même sens de l’orientation. Mais c’est faisable. L’Allemagne semble réussir assez bien ; au-delà des différences CDU – SPD, les deux partis ensemble, pro-européens, ont été largement soutenus par le corps électoral. En Italie, Matteo Renzi innove et, en quelques semaines, a réussi à obtenir un formidable encouragement du peuple italien… Et dans ces deux pays - pour ne citer que ces deux exemples - ce sont les partis pro-européens qui l’ont largement emporté.


En définitive, les associations comme la nôtre qui cherchent par tous les moyens à rapprocher l’Europe des citoyens, passé le premier moment de déception et de colère, doivent amplifier leur action, pas seulement en faveur de l’Europe mais en faveur d’une certaine conception de l’Europe dont le fil conducteur fut résumé par François Mitterrand dans le discours qu’il prononça à la fin de sa vie devant le Parlement européen : « Mesdames et Messieurs les députés, n’oubliez jamais que le nationalisme, c’est la guerre ».

Ne nous trompons pas de valeurs. Ne nous trompons pas de chemin.


Catherine Lalumière


La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l
La Maison de l'Europe - 35-37, rue des Francs-Bourgeois 75004 Paris
Tél. : 33(0)1 44 61 85 85 - Fax : 33(0)1 44 61 85 95
Powered by Walabiz